fin du terrible régime des khmers rouges il y a 31 ans

Publié le par FLOZEN

dans ce contexte, le président du parti au pouvoir a exhorté jeudi le tribunal international chargé de juger les responsables khmers rouges du génocide à ne pas interférer dans les affaires internes du pays. Devant près de 7.000 partisans, Chea Sim, président du Parti du peuple cambodgien (PPC) au pouvoir, a prévenu dans un discours au siège de son parti qu'il ne laisserait pas le tribunal détruire la paix et la réconciliation nationale de son pays.
Il a avancé que le tribunal ne doit juger que les principaux responsables du régime khmer rouge, renversé par les forces vietnamiennes le 7 janvier 1979.

"Nous nous opposons aux tentatives d'utilisation du tribunal à des fins malveillantes, qui auraient un impact sur la paix, la réconciliation nationale et le développement durement acquis", a déclaré Chea Sim, qui est également le président du Sénat.

Le tribunal international a la lourde charge de rendre justice pour les quelque 1,7 million de Cambodgiens exécutés, morts de torture, de faim ou de maladie pendant ces années noires, de 1975 à 1979.

Certains magistrats étrangers ont tenté de juger plusieurs membres des Khmers Rouges, mais le gouvernement du Premier ministre Hun Sen l'en a toujours empêché.

L'ancien chef khmer rouge de la prison S-21, "Duch", a été le premier à être jugé pour son rôle dans la mort de milliers de personnes. Il devrait connaître sa condamnation début 2010, après que le tribunal international a requis 40 ans de détention

source Associated press 06/01:2010

Publié dans Cambodge

Commenter cet article